Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 15:22

 

Recueil de trois nouvelles publié en 1908, ce petit bijou est un cocktail détonant composé par Khalil Gibran, auteur d'origine libyenne installé très tôt à Boston. Résolument moderne, Gibran est dénonciateur, hérétique, socialiste, et considéré même comme un sage de par la dimension universelle et spirituelle de ses écrits.

 

 esprits-rebelles.jpg

 

 

Il faut lire ces courtes nouvelles aujourd'hui : elles restent un écho prédictif de la situation des femmes du monde arabe. Gibran y est ici le porte-parole du « sexe faible », dénonçant à la fois les traditions religieuses ou culturelles, le régime oppressif, l'infériorité de la femme et, de façon plus générale, un monde qui va mal. Apparemment pieux, la sagesse de Gibran dans ce texte est de porter haut et fort le message véritable de Dieu aux hommes : Il nous a crées libres dans le seul but d'être heureux. Celui qui ne suit pas la voie du bonheur, quelle que soit celle qui lui convient, trahit Dieu.

 

C'est ainsi que la belle Rose Hanie, épouse du riche Rachid Bey Namaan, le quitte pour vivre intensément avec celui qu'elle aime, et déclare : « J'étais une pécheresse aux yeux de Dieu et aux miens quand je mangeais son pain et lui offrais mon corps en retour de sa générosité. A présent je suis pure et propre parce que la loi de l'Amour m'a libérée et rendue respectable et fidèle. J'ai cessé de vendre mon corps pour un toit et mes jours pour des vêtements ». Plus loin, Rose Hanie, dénonçant l'hypocrisie qui règne dans chaque riche demeure du voisinage, prend cet « homme cupide et cossu » pour exemple : « il a une femme d'une beauté surnaturelle, tant de corps que d'âme, mais elle est, comme tant d'autres, la victime d'un mariage précoce. Son père a commis un crime en la donnant à un homme avant qu'elle n'ait atteint l'âge de raison, mettant sur son cou le joug d'un mariage vicié ». Les mots sont terribles mais pourtant le reflet d'une réalité affligeante. « C'est une terrible agonie qui a commencé avec l'existence de la faiblesse chez la femme et le début de la force chez l'homme. Cela ne s'achèvera pas tant que les jours de l'esclavage et de la supériorité du fort sur le faible ne seront pas abolis ». Rose Hanie conclut : « Voici mon histoire et ma façon de protester contre les cieux et contre la terre ; c'est ce que je chante et répète sans cesse tandis que les gens se bouchent les oreilles de peur qu'en m'entendant leurs esprits se révoltent et que les fondations de cette société tremblotante s'effondrent ».

 

Dans la nouvelle « Khalil l'hérétique » (drôle ce titre, n'est-ce pas ?), le narrateur, jeune moine expulsé du monastère parce qu'il dénonce le profit du clergé sur le peuple, un clergé bien éloigné des paroles sacrées et complice de l'Etat tyrannique, notre narrateur proclame la sainte parole et invite le peuple au soulèvement pour la conquête de sa liberté : « Les nations ignorantes arrêtent leurs hommes bons et les livrent à leurs despotes ; un pays gouverné par un tyran persécute ceux qui essaient de libérer le peuple du joug de l'esclavage ».

 

A vous de lire. L'argumentation est riche et solide, un formidable appel à la liberté et aux respects de chacun. Le narrateur interne de chaque nouvelle livre aussi ses propres réflexions, les questions qu'il pose à lui-même, comme une voix nous invitant à nous positionner par nous-même ; est-ce Gibran lui-même nous confiant ses propres doutes ?

Sûrement le plus grand féministe de son temps, ces récits résonnent comme un lumineux appel à la vie, telle qu'elle nous a été offerte : pour le bonheur.

 

Brûlés en autodafé dans le monde ottoman en 1910, les Esprits Rebelles sont une lecture nécessaire à cent ans d'Histoire arabe, des problématiques toujours au coeur des combats sociaux de cette partie du globe, et bien plus loin encore...

 

 

Esprits Rebelles, de Khalil Gibran, Editions Mille et une Nuits, 100 pages.

 

Du même auteur, à lire aussi :  Le Fou ; Le Jardin du prophète ; Le Précurseur ; Le Prophète ; Le Sable et l'Ecume ; Jésus, Fils de l'homme ; L'Errant ; La voix de l'éternelle sagesse.

Partager cet article

Repost 0
Published by pause café - dans Nourrir l'esprit
commenter cet article

commentaires